Actualités
< retour

Trois questions à … Serge Guérin

Le 03/06/2021
© iStock

Sociologue spécialiste des questions liées au vieillissement et à la séniorisation de la société, Serge Guérin a accepté de répondre à trois questions…

Qu’est-ce que le « domicile » dans une acceptation anthropologique ?

Le besoin d’avoir un chez soi est intrinsèque et associé aux frontières, aux racines, à un lieu où l’on se sente en sécurité. C’est un espace où l’on peut évoluer à sa guise, en autonomie.

Parallèlement, plus on vieillit et plus vivre dans un endroit choisi me fait sentir encore citoyen. 

La notion de domicile est souvent réduite à la maison dans laquelle on habite mais cela peut être un domicile partagé, un accueil familial, une résidence… Ce qui compte c’est de conserver un espace réservé et un espace d’intimité.

« Maintien à domicile » ou « accessibilité » ?

L’expression de « maintien à domicile » est assez violente car elle suggère d’emblée une contrainte ! Je préfèrerais accompagnement ou soutien à domicile. A contrario, l’accessibilité implique une liberté de mouvement : on peut venir me rendre visite et je peux sortir quand je le souhaite. Un élément essentiel, notamment sous le prisme de la lutte contre l’isolement. 

« Horizontal » ou « vertical » ?

L’étalement urbain est une catastrophe absolue. C’est le vertical qui permet de relier la transition démographique et écologique. Le bien-vieillir c’est d’abord d’être en bon lien avec les autres via la mobilité externe et interne.