Actualités
< retour

Retour sur le rapport sénatorial sur la prévention de la perte d’autonomie

Le 08/05/2021
© iStock

Publié en mars 2021, le rapport, réalisé au nom de la commission des Affaires sociales par les sénateurs Bernard Bonne et Michelle Meunier, brosse le portrait de la prévention de la perte d’autonomie.

En 2030, la France comptera 21 millions de personnes de 60 ans et plus, soit 3 millions de plus qu’aujourd’hui. D’ici à 2050, près de 4 millions de séniors subiront une perte d’autonomie. Des constats qui permettent de mieux saisir l’importance de l’enjeu à la clé. Si diverses politiques publiques sur le logement, la santé ou le transport existent déjà pour lutter contre la perte d’autonomie, elles sont morcelées, non coordonnées et insuffisantes.

Des propositions pour l’autonomie de tous

Le rapport soumet 11 propositions pour promouvoir, cadrer et unifier une politique de prévention de la perte d’autonomie qu’il est nécessaire de dynamiser rapidement. Des aides ont été mises en place, mais elles manquent de coordination et de visibilité. C’est pourquoi le rapport recommande notamment de renforcer le champ d’action de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) afin qu’elle puisse réellement piloter la politique de prévention et d’accompagnement.

Le maintien à domicile, un enjeu majeur

Une des orientations phares de ces propositions est la réaffirmation de la priorité du maintien à domicile et le renforcement du développement des solutions de logements intermédiaires (résidences autonomie et habitats inclusifs), à la fois pour des raisons sociales et économiques. C’est dans cette optique que découle la volonté de fixer un objectif d’arrêt de construction d’Ehpad à court terme. Comme en témoigne Michelle Meunier, « il en faudra toujours pour les personnes qui en ont le plus besoin mais on peut vieillir autrement. Souvent, les personnes veulent vieillir chez elles. » Bien sûr, pour pouvoir entériner ce choix, il est nécessaire d’élargir et de renforcer les aides économiques et humaines à domicile pour adapter les logements à tous.

Comme explicité dans le rapport, « permettre à cette population de vieillir en bonne santé est à l’évidence un des défis majeurs du siècle ». Il va falloir être à la hauteur !